Category: Musique

Amir – On dirait

 

Tu me dis de regarder la vie en couleur
Quand il fait noir autour de moi.
Sur le dos j’ai trainé pas mal de douleur
Toi, tu m’portais à bout de bras.

Non, non, non, je n’ai pas toujours été sûr de moi
J’ai douté tellement de fois
Non, non, non, je ne sais pas ce que je ferais sans toi
Oh yeah

On dirait qu’on à tous un ange
On dirait, on dirait bien qu’c’est toi
On dirait que dans ce monde étrange
On dirait que t’as toujours été là

Oh oh oh oooooh oh oh oh oh oh ooooooh
Oh oh oh oooooh oh oh oh oh oh ooooooh

Tu me dis que mon rêve est juste à coté
Que j’ai juste à tendre la main

Toute ma vie, j’peux la passer à t’écouter
La douceur est ton seul refrain

Non, non, non, ce n’est pas toujours facile pour moi
J’ai prié tellement de fois
Non, non, non, je ne sais pas ce que je ferais sans toi
Oh yeah

On dirait qu’on à tous un ange
On dirait, on dirait bien qu’c’est toi
On dirait que dans ce monde étrange
On dirait que t’as toujours été là

Tout, tout tourne autour de toi
Toi, t’es la seule qui voit la beauté bien cachée derrière les visages
Tout, tout tourne autour de toi
Toi, tu sais lire en moi, promets-moi de n’jamais tourner la page

On dirait qu’on à tous un ange
On dirait, on dirait bien qu’c’est toi
On dirait que dans ce monde étrange
On dirait que t’as toujours été là

On dirait qu’on à tous un ange
On dirait, on dirait bien qu’c’est toi
On dirait que dans ce monde étrange
On dirait que t’as toujours été là

Oh oh oh oooooh oh oh oh oh oh ooooooh
Oh oh oh oooooh oh oh oh oh oh ooooooh

On dirait

Oh oh oh oooooh oh oh oh oh oh ooooooh

On dirait
En savoir plus sur https://www.paroles.net/amir/paroles-on-dirait#QHoydwdVyCjmyYY4.99

COEUR DE PIRATE – Comme des enfants

 

Alors tu vois comme tout se mêle.
Et du cœur à tes lèvres je deviens un casse-tête.
Ton rire me crie de te lâcher.
Avant de perdre prise, et d’abandonner.
Car je ne t’en demanderai jamais autant.
Déjà que tu me traites comme un grand enfant.
Et nous n’avons plus rien à risquer.
A part nos vies qu’on laisse, de côté.

Et il m’aime encore, et moi je t’aime un peu plus fort.
Mais il m’aime encore, et moi je t’aime encore plus fort.

C’en est assez de ces dédoublements.
C’est plus dur à faire, qu’autrement.
Car sans rire c’est plus facile de rêver, à ce qu’on ne pourra jamais plus toucher…
Et on se prend la main comme des enfants.
Le bonheur aux lèvres, un peu naïvement.
Et on marche ensemble, d’un pas décidé.

Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter.
Et il m’aime encore, et toi tu m’aimes un peu plus fort.
Mais il m’aime encore, et moi je t’aime encore plus fort.
Et malgré, ça il m’aime encore , et moi je t’aime un peu plus fort.
Mais il m’aime encore, et moi je t’aime encore plus fort.

Encore, et moi je t’aime un peu plus fort.
Mais il m’aime encore, et moi je t’aime un peu plus fort.

Et malgré, ça il m’aime encore , et moi je t’aime un peu plus fort.
Mais il m’aime encore, et moi je t’aime encore plus fort.

Et malgré, ça il m’aime encore , et moi je t’aime un peu plus fort.
Mais il m’aime encore, et moi je t’aime encore plus fort.

Et malgré, ça il m’aime encore , et moi je t’aime un peu plus fort.
Mais il m’aime encore, et moi je t’aime encore plus…fort…

Translation

So you see, as everything gets mixed
And from the heart to your lips, I become your puzzle
Your laughing screams I should let you go
Before losing grip and giving up
’cause I will never ask that much of you
You already treat me like a big child
And we don’t have anything left to risk
Apart from our lives we leave beside
And he still loves me, and I love you a bit more
But het still loves me, and I love you a bit more
I’ve had it with these splits
It’s harder to do than other times
Because without laughing, it’s easier to dream
about what we will never be able to touch again
and we’re holding hands, like children
Happiness on our lips, a bit naïvely
And we walk together, with determined steps
While our heads scream we should stop the whole thing
He still loves me and you, you love me a bit more
But he still loves me and I, I love you a bit more
And despite that, he still loves me and me, I love you a bit more
But he still loves me and me, I love you a bit more
Still, and I, I love you a bit more
But he still loves me and I love you a bit more
And despite that, he still loves me and I love you a bit more
But he still loves me and I love you a bit more
And despite that, he still loves me and I love you a bit more
But he still loves me and I love you a bit more
And despite that, he still loves me and I love you a bit more
But he still loves me and I love you a bit more

 

ZAZ – SI

PAROLE

Si j’étais l’amie du bon Dieu. (si zete lami du bong dieu)
Si je connaissais les prières. (si ze konese le pri er)
Si j’avais le sang bleu. (si zave le song ble)
Le don d’effacer et tout refaire. (le dong defase et tu refer)
Si j’étais reine ou magicienne, (si zete rein u majisien)
princesse, fée, grand capitaine, (prangses, fe, grong kapiten)
d’un noble régiment. (dang noble rezimong)
Si j’avais les pas d’un géant. (si zave le pa dang zeong)

Je mettrais du ciel en misère, (ze metre du siel ong mizer)
Toutes les larmes en rivière, (tut le larm ong rivier)
Et fleurirais des sables où fuit même l’espoir (e flerire de sable u fui mem lespoa)
Je sèmerais des utopies, plier serait interdit, (ze semere dezutopi, plie sere angterdi)
On ne détournerait plus les regards. (ong ne deturnere plu le regar)

Si j’avais des milles et des cents, (si zave de mil e de song)
Le talent, la force ou le charme, (le talong, la fors, u le charm)
Des maîtres, des puissants. (de metr, de puisong)
Si j’avais les clés de leurs âmes. (si zave le kle de ler am)
Si je savais prendre les armes, (si zave prongdre lezarm)

 

Au feu d’une armée de titans. (o fe dun arme de titong)
J’allumerais des flammes, (zalumere de flam)
Dans les rêves éteints des enfants. (dong le rev etang de zongfong)
Je mettrais des couleurs aux peines. (ze metre de kuler o pein)
J’inventerais des Édens. (zangvongtere dezeden)
Aux pas de chance, aux pas d’étoiles, aux moins que rien. (o pa de syong, o pa detoal, o moang ke riang)

Mais je n’ai qu’un cœur en guenille, (me ze ne kang ker ong zeniy)
Et deux mains tendues de brindille. (e de mang tongdu de brangdil)
Une voix que le vent chasse au matin. (un voa ke le vong syas o matin)
Mais si nos mains nues se rassemblent, (me si no mang nu se rasongblemong)
Nos millions de cœurs ensembles. (no miliong de ker ongsomble)
Si nos voix s’unissaient, (si no voa sunise)
Quels hiver y résisterait ? (kel ive i resistere)

Un monde frère, une terre âme sœur, (ang mong frer, un ter am ser)
Nous bâtirons dans ces cendres (nu batirong dong se songdre)
Peu à peu, miette à miette, (pe a pe, miet a miet)
goutte à goutte et cœur à cœur. (gut a gut et ker a ker)
Peu à peu, miette à miette, (pe a pe, miet a miet)
goutte à goutte et cœur à cœur (gut a gut et ker a ker)

 

Translation

If I were the Good Lord’s friend,
If I knew any prayers,
If I had blue blood,
The ability to erase and do everything over again,
If I were queen or a magician,
A princess, a fairy, a great captain
of a noble regiment,
If I had the footstep of a giant,
I would put into the sky in misery
All the tears in the river
And flowers would grow were hope itself flew by,*
I would sow the seeds of utopias, to bend would be forbidden,
We wouldn’t turn away our gaze again.
If I had thousands and hundreds,
Talent, strength, or the charms
Of the masters, the powerful;
If I had the keys to their souls
If I knew how to take up arms
In the fire of an army of titans,
I would light up the flames
In the extinguished dreams of children
I would make colors out of punishments
I would create an Eden
With no luck, no stars, with less than nothing.
But I have nothing but a heart in rags
And two hands stretched out on twigs
A voice which the wind chases away in the morning;
But if our bare hands gather
Our millions of hearts together
If our voices unite,
What winters could withstand it?
A strong world, a sister spirit land
We will build in these ashes
Little by little, bit by bit,
Drop by drop, and heart by heart,
Little by little, bit by bit,
Drop by drop, and heart by heart.